Le climat entre la chine et les États-Unis semble être à l’apaisement ces dernières semaines, avec l’annonce, récemment, d’une pause dans cette escalade fulgurante de la guerre commerciale sans merci qui les oppose. Ainsi, les responsables des deux pays ont donc décidé de reprendre les négociations dans un climat plus apaisé et plus constructif. Pour engager des discussions dans un bon état d’esprit et en signe de bonne volonté, le président américain Donald Trump a, d’ailleurs, reporté de deux semaines l’augmentation des tarifs douaniers de 30 % qui seront estimés à 250 milliards de dollars. 

Le début des négociations entre Pékin et Wahsington 

negociations pekin washington Le lancement des discussions entre les pays rivaux a été annoncé sur Twitter par Donald Trump le 02 octobre 2019 après avoir mentionné le report de l’augmentation des droits de douane. Cette décision a été prise suite à la demande formulée par Liu He vice premier ministre chinois à l’occasion de la célébration du 70 ème anniversaire de la République Populaire de Chine, le 1er octobre dernier. Quelques heures précédant cette annonce, le président américain a également, à partir du bureau ovale de la Maison Blanche lors d’un point presse, salué la décision de son homologue chinois de procéder à l’exemption de droits douaniers punitifs à l’égard d’un certain nombre de biens américains importés. Trump en a vu un geste fort qui survient peu avant les négociations prévues à Washington en présence du premier ministre chinois. 

De son côté, la Chine très affectée par cette guerre commerciale qui l’oppose à son rival historique, a annoncé l’annulation complète des tarifs douaniers concernant 16 catégories de biens importés des USA. Avec cette annonce, Pékin a pour objectif de soulager les industriels chinois de la pression qu’ils subissent depuis le déclenchement de la crise entre les deux pays. Ces exemptions ont pris effet le 17 septembre 2019 pour s’achever en septembre 2020. Elles concernent entre autres :

  • Les pesticides ;
  • Les lubrifiants ;
  • Les produits pharmaceutiques ;
  • Les aliments pour poissons, etc. 

Les tensions récurrentes entre la Chine et les États-Unis

Bien que la mesure d’exemption qui a été annoncée soit un véritable geste de bonne volonté de la part du gouvernement chinois envers le président américain, les tarifs douaniers punitifs ne cesseront pas d’être appliqués sur une grande partie des importations des produits américains, comme c’est le cas de la viande de porc et du soja, pour ne prendre que ces exemples. Donald Trump a, d’ailleurs, déclaré que la chaîne de production chinoise, d’habitude puissante et indestructible, commence à se déliter, étant donné que de nombreuses entreprises commencent à quitter le pays. Il a rajouté que c’est la principale raison pour laquelle le gouvernement chinois veut entamer de nouvelles négociations en vue d’un accord commercial entre les deux pays. 

Ces derniers se livrent, en effet, une guerre commerciale impitoyable depuis début 2018. Cela a donné lieu à des tarifs douaniers exorbitants sur plusieurs centaines de milliards de dollars de produits échangés entre les deux premières puissances mondiales. De nombreuses tentatives de signature d’accords commerciaux entre Pékin et Washington ont échoué brutalement. Pour cause, le gouvernement Trump accuse continuellement la Chine de revenir sur l’ensemble des ses engagements. Les États-Unis exigent de la Chine de mettre fin à certaines pratiques commerciales qu’ils jugent déloyales, notamment le vol de la propriété intellectuelle, les subventions aux entreprises étatiques chinoises ou encore le transfert de technologies. 

Des discussions à l’issue très incertaine !

guerre commerciale chine etats-unis Même si tout le monde s’accorde à dire que la reprise des négociations en octobre 2019 est un point très positif, l’issue des discussions entre la Chine et les États-Unis reste toutefois très incertaine, comme l’a confirmé Larry Kuldow le conseiller économique de Donald Trump. Ce dernier a, d’ailleurs, déclaré qu’il lui était impossible de prédire l’issue des négociations étant donné que toutes les tractations précédentes n’ont mené à aucune signature d’accords. Ce pessimisme est également partagé par les entreprises américaines domiciliées en Chine, d’après un rapport de la chambre de commerce américaine. 

La majeure partie d’entre elles affirment qu’elles se préparent à une forte baisse de leur chiffre d’affaire durant l’année à venir. Seulement 45 % d’entres elles comptent renforcer leurs investissements en Chine contre plus de 60 % en 2018. La reprise des dialogues n’a, en effet, donné lieu à aucun geste concret de la part des deux pays. Pourtant, depuis septembre dernier, de nouveaux tarifs douaniers réciproques sont entrés en vigueur. De plus, pour ne pas arranger les choses, Trump menace encore et toujours de procéder à la surtaxe de la totalité des produits importés de Chine et qui s’élèvent à plus de 530 milliards de dollars. Notons que cette guerre commerciale, en plus d’affecter l’économie chinoise, a également des effets négatifs sur la croissance mondiale.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.