Évaluez votre Salaire !

Combien un orpailleur peut gagner en France?

Revenu d’un orpailleur en France en 2013.

L’or a toujours agit sur l’homme comme un aimant sur le fer. Il est la valeur refuge par excellence et ce n’est pas son cours d’aujourd’hui qui pourra dire le contraire. Le métier d’orpailleur est un très ancien métier pratiqué bien avant l’époque romaine et qui a perduré avec des hauts et des bas jusqu’à aujourd’hui. La législation a beaucoup varié avec le temps, mais aujourd’hui, comme il n’y a pas réellement de ruée vers l’or , une simple déclaration en préfecture suivie d’une autorisation des riverains est suffisante pour faire des recherches, à partir du moment où le matériel utilisé est limité à la battée (conique chinoise ou pan américain). Il y a 3 façons différentes de gagner sa vie avec l’orpaillage :

  1. Revente directe de l’or au cours du marché (env. 40€/gr)
  2. Organisation de stage et journées de formations
  3. Revente de l’or sous forme de bijoux (bulle de verre remplie de paillettes).

Généralement les orpailleurs d’aujourd’hui cumulent, ou du moins alternent ces différentes type de revenus en fonction de leurs besoins du moment. Ci dessous les revenus possibles :

ORPAILLEUR EN FRANCE – 2013

Quantité annuelle Prix unitaire Total brut
Revente cours du jour 100 g (1) 40 € 4 000 €
Journée de stage orpaillage 150 personnes (2) 30 € 4 500 €
Revente bijoux or 100 g (1) 50 € 5 000 €
TOTAL ANNUEL 13 500 €
Moyenne mensuelle 1 125 €

(1) Calcul fait sur la base d’un orpaillage effectué seul durant une période de 5 mois (avril, mai, septembre, octobre et novembre) à raison de 10 gr d’or par semaine, la moitié étant vendue immédiatement, le reliquat servant à la confection de bijoux. Il est excessivement difficile de travailler dans l’eau et avec l’eau durant l’hiver.

(2) Stages organisés 3 jours par semaine durant les mois de juin, juillet et août. Calcul effectué avec une moyenne de 3 à 4 personnes par jour. Une bonne organisation avec inscriptions préalables aux stages permet de rentabiliser au mieux le remplissage de ces journées.

Nota 1: Comme on peut le constater sur le tableau, la méthode ne permet pas de faire fortune avec le seul matériel indiqué (battée), compte tenu du fait que tout le travail est manuel. Avec l’utilisation de matériel plus performant, rampe de lavage (sluice, berceau), le rendement peut être beaucoup plus important puisque la quantité d’or extraite est proportionnelle à la quantité de sable et galets remuée. Le jackpot serait de pouvoir s’associer avec une gravière (sablière) en place qui extrait elle, des dizaines de tonnes par jour………………… Je pense que la plupart des exploitants étant dans des zones propices le font directement, par contre il serait étonnant que l’or récupéré soit déclaré……………

Nota 2: Le travail est très pénible et un novice voulant se lancer dans l’aventure aurait intérêt de faire un petit stage pour le comprendre. Ensuite des connaissances sur la géologie du pays sont précieuses pour effectuer des recherches dans les zones les plus favorables. Les chiffres donnés sont moyens et dépendent du travail réellement effectués tant au niveau de la bibliographie historique des sites, que de la recherche géologique et de la technicité acquise dans le maniement du matériel.

Sources : orpailleur.free.fr –  metier.presentezvous.com – ariegepyrenees.com – chercheur-or.com – alfredoartist.com – 2013
Publié dans Mi-temps, occasionnel, saisonnier

Derniers salaires divulgués